Punchlines du 11/08/19

Le site /

  • Cette semaine, deux papiers à lire en pleine torpeur estivale, qui s’accorderont à merveille avec un rosé de Provence : la chronique de Robicheaux, vingt-et-unième tome des aventures du shérif du même nom, par le grand James Lee Burke, et un hommage à Eddie Futch, l’entraîneur de Smokin’ Joe Frazier.

Les auteurs /

  • Au chapitre des nouvelles fraîches, j’ai reçu mes deux premiers bouquins non sollicités de la part du service presse d’un éditeur. Il s’agit de Piranha Éditions. Fait étonnant, je n’en ai jamais chroniqué le moindre livre. Je n’avais jusqu’alors reçu que Cassius, de Catherine Locandro, à la demande expresse de son auteure après qu’elle a accepté la première interview de l’histoire de ce site. Mon ego flatté prendra-t-il le pas sur mon sens du devoir vis-à-vis des 79 ouvrages déjà en attente dans ma pile à lire ? Même pour moi, ce suspense-là est à peine tenable.

img_2043.jpg

  • C’est dans leur nature : comme les grands requins blancs aiment manger des phoques, les blogueurs affectionnent le partage de leurs états d’âme, et les dilemmes éthiques vis-à-vis des éditeurs alimentent des heures de monologues et débats entre bookstagrameurs. Où commence la compromission ? Les maisons d’édition ont bien compris le pouvoir de prescription des blogs, et envoyer un bouquin à l’oeil en échange d’une chronique est sans doute une démarche marketing plus aisée que la négociation d’une page dans un périodique papier. Être une star de la blogosphère aide aussi parfois à trouver preneur pour son manuscrit – Agathe Ruga, alias @agathe.the.book, le confia avec sincérité et transparence au magazine Lire, même si son bouquin Sous le soleil de mes cheveux blonds (l’un des 79 de ma PAL) semble présenter bien d’autres mérites en lui-même (ce sont des gens bien qui l’ont dit). Plus stupéfiant encore, Instagram bruisse de toute sorte de rumeurs sur des blogueurs payés pour faire la retape de certains bouquins. Doux Jésus.
  • L’audience du présent site ne menace pas encore celle des blogs littéraires les plus fameux, comme celles de PornHub ou des meilleurs sites d’ornithologie du Gâtinais montargois, ce qui ne m’empêche pas de m’interroger sur la juste attitude à adopter sur le sujet. Cette question reste très personnelle. Bien que n’adorant pas descendre un livre en flammes ici-même – je m’en expliquais dans le papier sur Un tournant dans la vie -, j’aurais du mal à ne pas me sentir contraint ou redevable vis-à-vis de l’éditeur en lisant des bouquins que je n’aurais pas achetés (NB. : ceux qui suivent savent que L’imprudence n’est pas encore sorti en librairie, et oui, j’en ai parlé en bien, mais c’est une amie de l’auteure qui me l’avait passé ; et puis zob, ce genre de petits paradoxes me rendent charmant, en tout cas ma mère est formelle là-dessus).
  • Cela dit, Piranha Éditions ne m’a pas passé commande d’un article, ni évoqué aucun délai ou contrainte d’aucune sorte, quand d’autres qu’eux le font. Ils ont juste évoqué une affaire d’intuition, de sympathie, voire de fit, et m’ont demandé mon adresse. Je n’aime pas gâcher, ni ne saurais pousser la crevardise jusqu’à aller vendre au poids les deux bouquins reçus sans même les avoir lus. De sorte qu’il me reste une solution assez simple : en lire au moins l’un des deux, et dire ce que j’en aurai pensé. Comme vous pourrez le constater, on a affaire à des styles de beauté bien différents. Je n’ai aucune idée de qui sont leurs auteurs, et le choix officiel du 80eme livre de ma PAL n’est pas encore arrêté. D’où l’idée suivante : m’en remettre au lectorat de 130 livres et de la présente chronique, pût-il tenir dans une Fiat Uno. Voici donc les quatrièmes de couverture. Dites-moi donc lequel des deux papiers vous intéresserait le plus :

img_2044.jpg

Les puncheurs /

  • Splendeurs et misères des poids lourds contemporains, la suite : alors qu’Andy Ruiz Jr. et sa victime surprise Anthony Joshua semblaient s’être entendus sur une revanche le 7 décembre prochain en Arabie Saoudie, Ruiz tarde à signer le contrat. La faute à l’insuffisance du montant garanti de 9 millions de dollars pour le champion. On passera sur le choix du lieu, sans doute peu propice à ce que des légions de fans anglais ivres mettent une ambiance du tonerre autour du ring : autant aller chercher l’argent là où il est, et seul un terrain neutre semblait pouvoir convenir aux deux parties. Mais le promoteur de Joshua et organisateur du combat Eddie Hearn serait bien avisé d’écouter Ruiz. D’une part, ces 9 millions garantis semblent bien chiches au vu des 7 gagnés par Ruiz comme challenger de Joshua en juin dernier, et d’autre part son incapacité à boucler un nouveau combat intéressant chez les lourds achèverait de plonger la catégorie dans le marasme… Rappelons que Deontay Wilder affrontera bientôt un quadragénaire dopé qu’il a déjà mis KO, tandis qu’on annonce un combat entre Tyson Fury et un Suédois inconnu loin de son village natal. Boxez-vous, quoi, les gars. S’il vous plaît.

Ruiz-Joshua-2-Twitter-720x360

  • Hier soir au Texas, le puncheur américain Vergil Ortiz Jr. a mis KO un 14eme adversaire en autant de sorties professionnelles, l’expérimenté Mexicain Antonio Orozco – certes monté des super-légers. Ortiz, vainqueur au 6eme round après avoir bien secoué Orozco dès les 3 premières minutes,  m’avait déjà tapé dans l’oeil après avoir aplati comme une crêpe le technicien Mauricio Herrera en sous-carte d’Alvarez vs Jacobs. Il n’a que 21 ans, et s’il peut encore progresser techniquement sa sélection de coups et son instinct de finisseur à sans froid pourraient en faire un grand nom de la catégorie.

Un commentaire sur “Punchlines du 11/08/19

  1. Le sujet abordé dans A l’état libre est tentant, mais Mon ex, la mort et moi me rend curieuse… si c’était à moi de choisir, je crois que je lirais les premières pages de chaque, histoire de savoir quelle écriture m’accroche le plus.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s