À propos

130 livres, c’est la promesse d’une joyeuse abondance de bouquins. C’est aussi la limite de poids de ceux qui boxent en super-plumes. Et c’est le terrain de jeu d’un blogueur qui aime les livres, la boxe et leurs correspondances.

Côté livres, je comble peu à peu les béances de ma culture, surtout dans le roman français ou américain. Et souvent dans ce que l’on appelle – faute de mieux – la littérature générale, mais aussi avec une tendresse particulière pour le roman noir.

Côté boxe, non pratiquant mais très croyant, j’ai attrapé le virus à 10 ans, devant une rediffusion de Hagler vs Hearns.

J’ai traversé de longues années à guetter la deuxième partie de soirée du vendredi sur TF1 ou les directs de nuit sur Canal + pour trouver de quoi satisfaire cette passion. Comme pour beaucoup d’autres fans, l’arrivée d’images de milliers de grands et petits combats sur le web a décuplé ma curiosité et mon envie d’en voir et d’en savoir plus. Et je suis convaincu que ce virus est aujourd’hui beaucoup plus contagieux qu’on ne le croit en France et dans la Francophonie.

Aimant les livres, la boxe et raconter des histoires, je suis heureux de partager ici mes joies littéraires, ainsi que toutes les raisons pour lesquelles le noble art est le plus beau des sports.