Le Sang noir, Louis Guilloux

À la Une

La saison s'y prête bien : abordons aujourd'hui un grand lésé de l'histoire du prix Goncourt, ce dont tout un aréopage d'auteurs célèbres – Gide, Malraux, Dorgelès, Aragon... – fit un scandale et son éditeur Gallimard un argument commercial, Le Sang noir de Louis Guilloux. Épais de 631 pages dans sa version Folio, le roman parut en 1935, soit un temps où l'Europe s'apprétait à illustrer avec panache le peu de leçons qui furent tirées la Grande Guerre, contexte de la présente intrigue. L'atypie fondamentale du Sang noir, ainsi que son caractère profondément subversif, consiste à ne jamais visiter les tranchées ou affronter la mitraille allemande : c'est loin derrière la ligne de front que se pose le regard du romancier, dans une ville moyenne de Bretagne qui ne sera jamais nommée - à titre indicatif, Guilloux était natif de Saint-Brieuc.

Une cathédrale à soi, James Lee Burke

À la Une

Audio : Téléchargez le podcast Comme promis dans le billet consacré à New Iberia blues, le tome prédédent de la série, à chaque été son Dave Robicheaux. Un an de plus, le prolifique octogénaire James Lee Burke m'aura donc procuré de quoi agrémenter mes heures de transat, et je goûte ce rituel avec le plaisir … Lire la suite Une cathédrale à soi, James Lee Burke

L’âme de Napoléon, Léon Bloy

À la Une

Au moins le bicentenaire de la mort de Napoléon m’aura-t-il donné l’occasion de lire une première oeuvre de Léon Bloy, après l’avoir longtemps connu de réputation et redouté que la rencontre devienne de plus en plus risquée : avec l’âge me vient le goût d’une certaine modération, dont on ne saurait dire qu’elle caractérisât jamais le polémiste et romancier originaire de Périgueux. Face au risque bien réel de ne pas vibrer à l’unisson de l’éloge mystique qu’est L’âme de Napoléon, je me convainquis que la plume « bloyenne » – adjectif non valable au scrabble mais utilisé par ses connaisseurs -, flamboyante et acérée, pourrait à elle seule me convaincre de poursuivre ma découverte de l’auteur du Désespéré. À supposer, naturellement, d’éviter en chemin l’une de ces difficultés d’interprétation de son oeuvre qui donnent toujours matière à controverse au XXIe siècle. Je dois à ce titre saluer l’éclairage qu’apporte ici le dense avant-propos de François Angelier intitulé La Face de Dieu dans les ténèbres. Il resitue L’âme de Napoléon dans la très abondante littérature se rapportant à l’Empereur, remarquable par son universalité, du pamphlet à l’hagiographie. De toute évidence, Léon Bloy a beaucoup lu sur le sujet et son oeuvre en fut imprégnée depuis ses débuts.

Rock en vrac, Michel Embareck

À la Une

En ces temps détraqués où l'on annonce la résurrection de Best en "magazine lifestyle" (...), rien ne vaut un morceau d'Histoire encore fumant malgré les décennies, un témoignage allègre et vrombissant du genre à remettre illico le disquaire au milieu du village. Bref, pour savoir (ou se remémorer) ce qu'était VRAIMENT Best, rival trop tôt disparu de Rock & Folk, il faut lire Rock en vrac. Épuisé mais trouvable via l'entremise maléfique de Jeff Bezos (béni soit-il), cet opus inclassable de Michel Embareck revient sur ses dix ans de reportages dans le monde merveilleux de la musique du diable, et plus encore : puisque l'acte d'écrire intéressait le monsieur tout autant que les riffs de guitare sur des rythmes binaires - ses fictions en témoignent, comme le savent les 4 à 5 lecteurs réguliers du présent blog -, il élargit le spectre de ses rencontres à des pointures du roman noir d'outre-Atlantique et signa une poignée de nouvelles à teneur garantie en Mi-La-Ré. De quoi faire de Rock en vrac un objet littéraire sans guère d'équivalents dans un genre où le lyrisme canaille se leste vite de mauvaise graisse. Pas de ça ici : des textes, des vrais.

The Dirt, Mötley Crüe

À la Une

Audio : Téléchargez le podcast L'amateur éclairé lit des biographies de rock stars pour un shoot prolongé de sex, drugs & rock n'roll, dont il retient essentiellement les deux premiers aspects. Saluons donc le pragmatisme du quatuor angeleno de Mötley Crüe, accompagnés du prête-plume Neil Strauss, à l'heure de façonner le récit monumental de leurs … Lire la suite The Dirt, Mötley Crüe

Vente à la criée du lot 49, Thomas Pynchon

À la Une

Audio : Téléchargez le podcast À supposer qu'il passe au travers d'un roman culte, le lecteur chevronné devra assumer d'être insincère - s'il prétend le contraire avec aplomb, ce qui arrive parfois, admettons-le - ou de passer pour un benêt bas du front - au cas où il ose affirmer "bah là j'ai pas compris". … Lire la suite Vente à la criée du lot 49, Thomas Pynchon

Le désir de guerre, Frédéric Roux

À la Une

À une jambe près, le grand-père de Frédéric Roux rentrait de la Grande Guerre égal à lui-même, Béarnais taiseux, maladroit et respectueux à l'extrême de l'autorité de sa femme comme de celle de l'État. Le souvenir lointain mais lancinant de ce héros ordinaire à l'humeur si peu altérée par son amputation conduisit l'auteur, à la fin du siècle dernier, à revisiter une mémoire "faite pour inventer le passé", donc trompeuse par essence. Surtout lorsqu'il s'agit de celle d'un pays entier.

SAS : La madone de Stockholm, Gérard de Villiers

À la Une

Audio : Téléchargez le podcast Il sera ici question d’une abomination patriarcale à l'ancienne ou d’un morceau d’Histoire, c’est selon. Après quoi il m’incombe d’étayer la seconde proposition : La madone de Stockholm est le premier tome de la série SAS – pour « Son Altesse Sérénissime » –, chapardé sur la table de nuit paternelle, dans lequel … Lire la suite SAS : La madone de Stockholm, Gérard de Villiers

Titane, Julia Ducournau

À la Une

Audio : Téléchargez le podcast Mâtin, quel choc : la Palme pour Titane, divulgâchée d'entrée de cérémonie par un président sapé en Desigual qui pis est. Audace, iconoclasme, radicalité. J’ai couru le voir dans la foulée de l’annonce du palmarès sur une impulsion soudaine - enfin, je partageai celle de mon épouse -, mû par … Lire la suite Titane, Julia Ducournau

Méridien de sang, Cormac McCarthy

À la Une

Audio : Téléchargez le podcast « Voici l’enfant. Il est pâle et maigre, sa chemise de toile est mince et en lambeaux. Il tisonne le feu près de la souillarde. Dehors s’étendent des terres sombres retournées piquées de lambeaux de neige et plus sombres au loin des bois où s'abritent encore les derniers loups. Sa … Lire la suite Méridien de sang, Cormac McCarthy