Punchlines du 23/02/19

Le site /

  • Pas d’évolution notable au palmarès des articles les plus consultés.
  • Un seul papier publié cette semaine, certes, mais un beau poulet de 3000 mots sur des combats de légende entre les grands champions des communautés immigrées de New York qui préservèrent l’intérêt d’une boxe sinistrée pendant la Grande Dépression. Un peu ésotérique ? J’assume tout, avec le soutien plein et entier de ma direction éditoriale.

Ross_McLarnin_Canzoneri_copy-530x317

  • Notez tout de même que la version audio fait plus de 20 minutes. Ce n’était pas rien à enregistrer, et peut-être pour la seule gloire de l’avoir fait, vu que je n’ai pas de statistiques sur les auditeurs parmi les lecteurs.

Les auteurs /

  • Autre confession : j’avance plus lentement qu’à l’accoutumée sur ma lecture du moment. Alors que le livre est un polar, et son auteur compétent. J’avoue aussi manquer du début du commencement d’une idée précise de choses à dire dans la chronique à venir. Bref, ce sera intéressant.
  • Alexis Brocas a déjà été évoqué ici, lors de la dernière rentrée littéraire, pour Un dieu dans la machine. Il avait écrit un premier roman pour adultes – après quelques publications destinées aux ados -, qui m’avait fait le double effet d’une oeuvre de littérature générale et d’une histoire d’épouvante. Le genre d’impression que l’on éprouve à lire sur sa propre vie. La raison en est simple : dans La vie de jardin, Alexis Brocas évoque l’adolescence des fils de banlieue ouest des années 80 et 90, entre week-ends dans la ouate de confort et d’hypocrisie des maisons familiales en meulière, et semaines de réclusion dans l’internat de l’une des dernières institutions catholiques et non-mixtes. Il s’avère que nous étions élèves du même bahut. Ni règlement de compte facile, ni ripolinage nostalgique, La vie de jardin explique de façon limpide pourquoi certains enfants des banlieues aisées y retournent dès qu’ils le peuvent, alors que d’autres les fuiront tout le reste de leur vie. On y suit quantité de personnages sur trois décennies, dans le style toujours élégant et gentiment distancié de l’auteur : son titre aurait pu être « Il était une fois à Saint-Cloud ».

IMG_1309

  • L’éditeur Monsieur Toussaint Louverture, non content de publier quantité de pépites oubliées du roman américain – sans même évoquer le roman graphique primé à Angoulême Moi, ce que j’aime, c’est les monstres d’Emil Ferris – lit vraiment les billets de blog qui leur sont consacrés, et répond parfois des choses aimables. Alors qu’a priori ce n’est pas d’une armée de community managers qu’il s’agit. Monsieur Toussaint Louverture, mon publishing crush.

Les puncheurs /

  • J’ai évoqué voici deux semaines le choc de super-moyens anglais de ce soir entre James DeGale et Chris Eubank Jr. C’est sur Bein Sport 1, et il y aura forcément de quoi se réjouir, puisque le perdant sera forcément un type pénible.
  • Misères du boxing business, épisode 2837 : à l’issue d’un premier combat riche de tension dramatique et soldé par un match nul, les poids lourds dominants Deontay Wilder et Tyson Fury voulaient tous les deux une revanche. Las, Tyson Fury vient d’annoncer sa signature chez le promoteur Top Rank, expert en fourniture d’adversaires médiocres à ses stars sous contrat. Rendez-vous donc dans 3 ou 4 ans pour Wilder – Fury II. Pfff.

Résultat de recherche d'images pour "tyson fury top rank"

  • Misères du boxing business, épisode 2838 : le champion ukrainien des légers Vasyl Lomachenko, également sous contrat avec Top Rank, tiens donc, vient d’annoncer qu’il défendra ses titres WBA super et WBO contre l’anglais Anthony Crolla. Soit le pendant pugilistique d’un bon PSG-Orléans.
  • Je suis grognon, cette semaine ? Certes, mais il y a de quoi. Alors, chers frères et soeurs, répétons-nous que seules 3 semaines nous séparent désormais du championnat IBF des welters entre les invaincus et talentueux Errol Spence Jr et Mikey Garcia. Une très belle affiche, même si, j’y reviendrai, les débats risquent d’être un poil déséquilibrés.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s