Professeur de désir, Philip Roth

Un professeur de littérature comparée, juif new-yorkais, relate les fluctuations de sa libido à mesure que se succèdent dans sa vie la suédoise délurée Brigitta, la sublime et mystérieuse Helen, et la douce et tranquille Claire.

La passion, les angoisses et les déchirements qu’il vit auprès de chacune marquent son passage à l’âge adulte, puis son entrée dans l’âge mûr. La naissance et l’érosion inexorable du désir obsèdent David Kepesh, l’autre alter ego fictionnel de Philip Roth, moins connu que le Nathan Zuckerman de La tâche et Pastorale américaine. Mais s’il comporte bien quelques passages à la diable, Professeur de désir est loin d’être un roman consacré à l’érotisme.

Écrit à la première personne, il évoque avant tout les nécessaires apprentissages de la solitude dans le couple et de la perte, des thèmes essentiels chez l’auteur, qu’il poussera à leur paroxysme dans le dernier volet crépusculaire du cycle David Kepesh intitulé La bête qui meurt.

On y retrouve aussi la complète absence de filtre de l’écrivain quand il évoque les sentiments de ses personnages, des femmes dont les défauts insupportables révèlent en creux les profondes névroses du narrateur, des dialogues explosifs à hurler de rire – mention aux échanges avec le psychanalyste de David ou son père Abe -, et des références passionnantes aux auteurs qu’aimait Roth – ici, Kafka et Colette.

D’un format et d’une structure accessibles, c’est un régal qui passe très vite pour qui aime Philip Roth, et un très bon point de départ pour qui ne le connaît pas encore. Dieu que ce mec était fort. Pour les fans : l’hommage paru dans le dernier America, même si François Busnel fait un peu le malin, vaut son pesant de saucisson pistaché.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s