Perfidia, James Ellroy

A lire sur la plage : Perfidia, de James Ellroy. Toute la sécheresse nerveuse du style de l’auteur au service d’une reconstitution sous whisky et benzédrine du LA d’après Pearl Harbor, dont la communauté japonaise payera le prix de la chasse à la cinquième colonne et de l’opportunisme des profiteurs de guerre. Avec en prime une palanquée de personnages déjà croisés dans le Quatuor de Los Angeles et la trilogie Underworld USA, dont Perfidia est le prequel, l’incomparable Dudley Smith en tête.

Ellroy écrit toujours le même livre ? Peut-être. Et c’est tellement mieux que quand Alexandre Jardin en écrit plein de différents.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s