Punchlines du 8 janvier 2023

Le site /

  • Bonne année à tous ! Afin de satisfaire également les lecteurs férus de livres et de boxe anglaise du présent site, que 2023 nous apporte des engagements fermes sur la publication de The winds of winter, sixième tome de la matrice de Game of Thrones attendu depuis 2011, et sur la tenue d’un combat entre Errol Spence Jr et Terence Crawford pour l’unification des titres mondiaux chez les poids welters.
  • Et puisque les vœux en question placent la barre un peu haut, on se contentera d’espérer la paix et l’harmonie dans un monde libéré des pandémies et du réchauffement climatique.
2023, allégorie

Les auteurs /

  • À propos de prix, rien de tel qu’un peu de copinage pour entamer douze nouveaux mois qui devraient sensiblement nous rapprocher du précipice : autour d’Anthony Lachegar, l’équipe de Varions les éditions en live ouvre les votes aujourd’hui même pour la troisième édition de ses trophées annuels, récompensant un livre publié en 2022 ainsi qu’une maison d’édition. La liste des nommés et le lien vers le formulaire de participation sont disponibles sur le site internet de Vleel. Rappelons que depuis le confinement cette nouvelle institution des blogueurs et autres influenceurs littéraires organise régulièrement des conférences en ligne auxquelles participe la fine fleur de l’édition indépendante, que les invités soient éditeurs ou écrivains. Les versions 2021 des prix Vleel furent décernés à Dimitri Rouchon-Borie pour Le démon de la colline aux loups (Le Tripode) et la maison d’édition Agullo, à laquelle on doit notamment le recueil de nouvelles Presqu’îles signé par Yann Lespoux.
Vote utile
  • Tiens, en parlant de Michel Houellebecq, espérons que le navrant pas de deux médiatico-judiciaire qu’il vient d’effectuer avec le recteur de la Grande mosquée de Paris l’incline à penser qu’il nous est plus utile en tant que romancier que comme oracle officiel à parka. Connaissant le personnage, le débat national en cours autour de la fin de vie ne devrait certes pas le dissuader de prendre à nouveau la parole en public. Préparez le popcorn.
  • Puisque l’heure est au navrant, comment ne pas évoquer la vente à venir d’Editis par le groupe Vivendi et, à cette occasion, la tentative d’intimidation dont vient de faire l’objet le site Actualitté ? Dédié comme son nom l’indique aux actualités de l’univers du livre, ce média gratuit a récemment publié deux articles laissant entendre que le climat social au sein d’Editis n’était pas au beau fixe. Las, la directrice générale de la holding a elle-même contacté la rédaction pour exprimer son mécontentement, l’informant de sa volonté de mandater l’avocat personnel de Vincent Bolloré (actionnaire principal et père du patron de Vivendi) afin de régler la question. On ne sait jamais : histoire d’éviter que Maître Baratelli vienne à contacter le directeur de publication, rédacteur en chef et redacteur tout court de 130livres.com, l’intéressé se contentera ici de saluer des procédés dont peut s’honorer l’édition française. Gros bisous à la famille et surtout la bonne année !
  • Une bonne année qu’on souhaitera aussi aux directeurs et directrices des bibliothèques de Moscou, qui viennent de recevoir une liste de 53 livres à bannir de leurs étagères. Parmi eux, des œuvres d’Haruki Murakami, Jean Genet, Todd Strasser ou Stephen Fry, voire le russe Édouard Limonov. Faute d’explications officielles, on peut rappeler l’existence des lois homophobes de 2013, récemment renforcées par le parlement, imposant des amendes (voire l’expulsion des ressortissants étrangers) en cas de « propagande des relations sexuelles non traditionnelles ». On respire de savoir la jeunesse locale aussi bien protégée… ou pas.

Les puncheurs /

  • Voici quelques années que j’ai l’honneur de participer à la désignation annuelle des Top 10 Monde et France des amis de Boxenet (ex-Netboxe). Je vous propose cette semaine de revenir sur mon vote pour le Top 10 France, sachant que figure entre parenthèses le classement de l’athlète concerné sur l’ensemble du scrutin (rappelons que ne sont ici prises en compte que les performances de l’année écoulée) :
    • 1- David Papot (3) : « L’enfant de Penhoet » ne détient certes qu’un titre IBA des super-welters mais il a livré deux très beaux combats franco-français en tête d’affiche de réunions nantaises ayant obtenu un remarquable succès populaire, triomphant aux points d’Ahmed El-Moussaoui et Bilel Jkitou.
    • 2- Arsen Goulamirian (1) : Seul détenteur tricolore d’un titre mondial majeur chez les messieurs, le champion lourd-léger WBA super « Feroz » Goulamirian a remporté en novembre son premier combat depuis trois ans en s’imposant contre l’espoir russe invaincu Alexei Egorov. Une prise de risque payante.
    • 3- Christian Mbili (2) : Une année très active pour le Montréalais d’adoption, riche d’un KO d’anthologie contre son compatriote Nadjib Mohammedi, d’un succès expéditif sur le Canadien DeAndré Ware et d’une victoire par décision sur le vétéran américain Vaughn Alexander. Une chance mondiale en 2023 ?
    • 4- Souleymane Cissokho (6) : Toujours invaincu en 16 combats professionnels, le capitaine de la Team Solide s’est fait peur contre le Mexicain Roberto Velenzua Jr à San Diego avant de réussir un passage jamais facile en catégorie inférieure en battant le redoutable puncheur welter sudafricain Tulani Mbenge.
    • 5- Kevin Lele Sadjo (4) : Le formidable lauréat du titre EBU des super moyens en 2021 a repris du service en août contre le terne Badri Gogichashvili avant de malaxer pendant 7 rounds les côtes flottantes de l’Allemand Emre Cukur jusqu’à ce qu’il baisse les mains… et le regrette amèrement.
    • 6- Milan Prat (5) : Peut-être le plus talentueux des boxeurs hexagonaux du moment, le champion EBU des super welters a rapidement disposé du faible Georgien Georgi Kankava et de son challenger européen, le hollandais Stephen Danyo. Après 18 victoires en autant de combats dont 15 par KO, « Natsuko » semble promis au niveau mondial.
    • 7- Ségolène Lefebvre (7) : La championne WBO des super coqs a défendu avec succès son titre acquis en 2021 face à l’Espagnole Melania Sorroche, championne d’Europe des coqs. Telle Goulamirian chez les messieurs, elle est toujours la seule Française à détenir une ceinture mondiale de premier plan.
    • 8- Georges Ory (8) : Avec 1 KO en 15 succès professionnels, l’Angevin n’est pas exactement un frappeur, mais son succès de juin sur le journeyman mexicain Rosendo Hugo Guarneros a pris du relief depuis que ce dernier vaporisa Loïc Tajan en sous-carte de Papot-Jkitou…
    • 9- Estelle Mossely (10) : La championne olympique de 2016 compte désormais 9 succès en autant de combats professionnels depuis son succès aux points sur l’Argentine Yanina del Carmen Lescano.
    • 10- Mohamed Kani (NC) : Deux victoires en autant de sorties en 2022 pour le boxeur de Montpellier, toujours détenteur du titre de l’Union Européenne des welters après avoir mis KO le boxeur d’Aulnay Yahia Tlazouiti.
La victoire de Papot sur Jkitou
  • Il y a pire qu’un boxeur irritant : un boxeur irritant ET talentueux. Gervonta Davis en est la quintessence, lui qui enregistra cette nuit l’un de ses succès en carrière les plus probants en poussant à l’abandon le Dominicain Hector Luis Garcia, jusqu’ici invaincu en 16 combats professionnels, à l’appel de la 9e reprise. Voici quelques jours, le combat avait failli être reporté sine die après la nouvelle plainte d’une ex-compagne de « Tank » Davis, finalement classée sans suite… Si ce garçon n’a rigoureusement rien exemplaire hors du ring, il a boxé son challenger pour le titre WBA régulier des léger avec intelligence, choisissant délibérément de le laisser travailler lors des premiers rounds pour l’attirer peu à peu dans une bagarre de près qui lui soit favorable. En plus d’un arsenal offensif complet, le gaucher Davis dispose d’un punch et d’un menton de poids welters montés sur un châssis de plume. C’en était trop pour Garcia, victime de l’uppercut et du crochet gauche létaux de Tank après avoir fait étalage de sa propre virtuosité – on le reverra au plus haut niveau, peut-être en super plumes. La rumeur entretenue par les deux camps opposerait bientôt Davis à un autre Garcia, la coqueluche d’Instagram Ryan alias « KingRy », l’un des derniers atouts de poids dans la manche du promoteur Oscar De La Hoya. Gageons que ce dernier succès de Tank ne l’aura pas rendu plus prenable aux yeux de l’entourage de Garcia… Également à l’affiche de la soirée de Washington, l’anecdotique succès du roi des talents gâchés Demetrius Andrade sur un faire-valoir et la large victoire de Jaron « Boots » Ennis sur le très fuyant Ukrainien Karen Chukhadzian.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s