Eboueur sur l’échafaud, Abdel Hafed Benotman

Genèse d’une petite frappe, dernier d’une famille d’immigrés algériens, à laquelle ni des parents aussi soumis à l’extérieur que brutaux chez eux, ni la faune et les institutions du Paris de la fin des années 60 n’auront fait aucun cadeau.

Largement autobiographique, Éboueur sur l’échafaud est le récit romancé des 15 premières années du regretté Abdel Hafed Benotman. C’est percutant et très pauvre en concessions, dans un style remarquablement travaillé. J’aimerais pouvoir un jour écrire comme ce monsieur. Une révélation.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s