Les coups de coeur de la Page 189 – Noël 2019

Sise au même numéro de la rue du faubourg Saint-Antoine (75011), la Page 189 est une librairie offrant plusieurs caractéristiques remarquables : elle occupe le rez-de-chaussée d’un antique petit immeuble du faubourg auquel elle doit ses poutres apparentes et son sacré cachet, on n’y accepte pas les chiens, la faute au chartreux languide qui s’étend sur les présentoirs avec volupté, elle propose encore aujourd’hui un répertoire client à l’ancienne constitué de centaines de fiches bristol quadrillées, et c’est ma librairie de quartier, où j’ai découvert plus d’une pépite.

Voici donc les conseils de lecture avisés de son équipe pour Noël. Même si rien ne vaut une visite, forcément.


 

Et l’ombre emporte ses voyageurs, Marin Tince, Le Seuil

  • 4eme de couverture :

Voici donc un roman, pas autre entendons-nous bien, tout de pompé dans ma petite féerie intime et rafistolé çà et là sur mes genoux, des coins de table, dans les voitures. Autant dire que j’anime simplement mes petits personnages internes, pas plus, rien n’est vrai, ni les êtres et ni les faits, pas confondre, le romanesque n’est pas feint, il y va bien de la romance. Les quinze premières petites années en somme d’un affligé de l’existence, ahuri, effaré devant toutes les choses humaines, remuglant des pensées rébarbatives afin de se persuader qu’il comprend. Foin de suspens je vous le dis tout nettement il ne comprendra jamais rien à rien ce petit personnage tiré de mes soubassements. Je ne tartinerai donc pas plus épais sur la bête, tout est dit, m’épancher plus avant ne serait point à mon avantage. On peut tortiller tout ce que l’on veut et dans tous les sens, la vie, c’est vraiment rien qu’une figure imposée, vraie guerre d’usure.

Né en 1965, Marin Tince vit en province où il travaille. Il a exercé divers métiers à Paris. Il écrit depuis toujours. Il n’a jamais publié jusqu’ici.

  • L’avis de la Page 189 :

Attention, OVNI !!!
Objet littéraire incroyable, une langue bien à part, poétique et libre, fulgurances littéraires…

Un livre exceptionnel.

Premier roman.

et_lombre_emporte_ses_voyageurs_9782021426960_hd

 

Archives des enfants perdus, Valeria Luiselli, L’Olivier

  • 4eme de couverture :

C’est l’histoire d’une famille. Un père, une mère, deux enfants nés d’unions précédentes. Le père et la mère sont écrivains. Ils se sont rencontrés lors d’un projet où ils enregistraient les sons de New York, de toutes les langues parlées dans cette ville.

C’est l’histoire d’un voyage : la famille prend la route, direction le sud des États-Unis. Le père entreprend un travail sur les Apaches et veut se rendre sur place. La mère, elle, veut voir de ses yeux la réalité de ce qu’on appelle à tort la « crise migratoire » touchant les enfants sud-américains. À l’intérieur de la voiture, le bruit du monde leur parvient via la radio. Dans le coffre, des cartons, des livres.

C’est l’histoire d’un pays, d’un continent. De ces « enfants perdus » voyageant sur les toits des trains, des numéros de téléphone brodés sur leurs vêtements. Des paysages traversés et des territoires marqués par la chronologie, les guerres, les conquêtes.

C’est l’histoire, enfin, d’une tentative : comment garder la trace des fantômes qui ont traversé le monde ? Comment documenter la vie, que peut-on retenir d’une existence ? Et enfin : comment parler de notre présent ?

Avec Archives des enfants perdus, Valeria Luiselli écrit le grand roman du présent américain. Mélangeant les voix de ses personnages, l’image et les jeux romanesques, elle nous livre un texte où le propos politique s’entremêle au lyrisme.

  • L’avis de la Page 189 :

Avec Archives des enfants perdus, Valeria Luiselli interroge un pays et ses dérives à travers une famille américaine recomposée.

Des Indiens d’Amérique aux enfants sud-américains livrés à eux-mêmes

Malgré cela, et c’est très fort, le livre est plein d’humour.

À découvrir.

71mk8B0lopL

 

Ma carte des merveilles, Caspar Henderson, Les Belles Lettres

  • 4eme de couverture

Avec l’enthousiasme et la curiosité des grands explorateurs, Caspar Henderson se fraie un chemin au coeur de l’émerveillement dons les royaumes du fascinant et de l’effrayant. Il invite à comprendre et à célébrer les phénomènes prodigieux se déployant sous nos yeux : l’existence de la lumière et la mort des étoiles, la vie sur Terre et le fonctionnement du corps humain, sans oublier la technologie et les changements profonds qu’elle laisse présager dans notre existence. Convoquant la philosophie, l’art, la théologie mais aussi l’histoire naturelle et la recherche scientifique la actuelle, Ma carte des merveilles est un guide inspirant pour regarder le monde sous un jour nouveau.

Caspar Henderson est un écrivain et journaliste britannique. Coordonnateur du Green College Centre de l’université d’Oxford de 1992 à 1994 et collaborateur de l’émission Costing the Earth sur BBC Radio 4 de 1995 à 1996, il a écrit de nombreux articles et reportages sur l’environnement, l’énergie et la science qui lui ont valu le prix de l’UICN-Reuters pour le journalisme environnemental. Son premier livre, Le Bestiaire de Monsieur Henderson (Les Belles Lettres, 2014) a connu un succès mondial, remportant de nombreux prix littéraires et scientifiques.

  • L’avis de la Page 189

Ce journaliste scientifique nous propose de savourer les très nombreuses sources d’émerveillement que nous réserve la vie. On parcours le corps et le monde pour découvrir les richesses qu’ils recèlent.

Un SUPERBE ouvrage à la fois scientifique, littéraire, historique et philosophique.

ÉBLOUISSANT, PASSIONNANT, ENRICHISSANT

Un CADEAU IDÉAL pour tous les curieux enthousiastes.

148385.1571969037.jpg

 

Fatima au parapluie, Mahmoud Benamar et Soumeya Ouarzeki, Alifbata

  • 4eme de couverture

Véritable ode à la culture orale, cette bande dessinée chorale et foisonnante invite le lecteur à partager la vie des habitants de la Casbah, quartier populaire des hauteurs d’Alger où pauvreté et débrouillardise côtoient au quotidien les ragots et les médisances colportés à propos des uns et des autres. Au centre des rumeurs du quartier, deux femmes mystérieuses qui habitent une vieille maison couverte de parapluies et devenues objet de crainte et de fascination : Lalla Houm et Fatma N’Parapluie.

  • L’avis de la Page 189

Plongé dans les vieux quartiers d’Alger, entre fantasques et jacasseries, Fatma au parapluie doit s’affirmer pour exister !

Graphiquement, à tomber par terre !!

Belle réussite donc pour ce premier tome aux allures de prologue, le diptyque à venir s’annonce PROMETTEUR !

Couv-Fatma-au-parapluie-LD-e1558890300409.jpg

 

Et aussi…

La tentation, Luc Lang, Stock

L’écriture de Luc Lang donne une force incroyable à ce roman, où les relations de l’homme-chasseur à l’animal, de la victime au tueur, et entre les humains vont en s’intensifiant.

Ah, les braves gens !, Franz Bartelt, Le Seuil

Un écrivain médiocre part sur les traces de son père et d’un mystérieux tableau. Il se retrouve à Puffigny, un village perdu au milieu de nulle part, où « les braves gens » sont tous aussi menteurs et tarés les uns que les autres…

Des situations cocasses, des personnages improbables, des dialogues HILARANTS.

L’auteur du Fémur de Rimbaud nous fait une fois de plus RIRE aux éclats !! (mais genre VRAIMENT !)

Les mangeurs d’Argile, Peter Farris, Gallmeister

Un accident suspect provoque la mort du père de Billy. Sa belle-mère et son oncle (un prédicateur évangéliste bien corrompu) ne semblent pas étrangers à l’affaire. C’est dans ce contexte que Billy va rencontrer un vagabond recherché par le FBI.

Un excellent roman noir rural. Efficace et haletant !

La bouche pleine de terre (suivi de La mort de M.Golouja), Branimir Šćepanović, Tusitala

Parabole sur la fuite et la mort d’une violence poétique marquante.

EXCEPTIONNEL

Jérôme Lindon, Jean Echenoz, Éditions de Minuit

Hommage formidablement drôle de Jean Echenoz à Jérôme Lindon.

Un grand bonheur de lecture et relecture.

Un monstre et un chaos, Hubert Haddad, Zulma

Un grand livre servi par une écriture magnifique sur un sujet ô combien difficile : le ghetto de Lodz.

Petit Renard, Edward de Vendel et Marije Tolman, Albin Michel Jeunesse

Petit Renard fait une chute et c’est là que commence son rêve, un rêve plein de poésie, de souvenirs mais aussi de danger…

Un album MAGNIFIQUE, rempli d’émotions ! De 4 à 77 ans.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s